De ma rencontre avec kali
Surgissent des mandalas de couleurs
Quand je vais au bout de la nuit
C’est de son mal que naissent les fleurs

Étreinte physique fondamentale
De l’existence et du néant
Impulsion électrique primale
Danse sans début ni achèvement

Dans son abîme je me projette
Équation absolue du temps
Mes images alors se reflètent
Sur la noirceur de ses pigments

Soudain je regarde nos enfants
Et leur vifs éclats me transpercent
Progéniture du subconscient
Avec laquelle seul je converse

Mais que ce soit un support stable
Quand j’y répand mes sentiments
Elle effacera ces vers de sable
De son épiderme transparent

Nous ne sommes que des histoires
Qui s’enregistre sur sa peau
Des flashs qui s’allument dans le noir
Et disparaissent presque aussitôt

Je commence à bien la connaître
Je n’ai plus peur du dénouement
De nous elle pourra se repaître
Et recycler nos sédiments

SachaLex