Pourquoi trémoussez-vous ces vides enveloppes
Au rythme atone d’un conformisme cadencé
Portraits répertoriés d’un grand trombinoscope
S’employant à paraître plutôt que d’exister ?

Que l’autre vous regarde, voilà qui vous obsède
Rebelles ou respectables selon classes et modes
Futiles pantomimes de postures et de codes
Qu’il faut exécuter selon ce qu’on possède

Dressés à obéir aussi bien qu’à danser
L’apparence vous contraint tant que l’envie vous tord
On vous dit l’univers, la partition a jouer
Voilà qui vous convient ainsi va votre sort

Ceux qui vous dirigent souhaitent qu’il en soit ainsi
Traversez donc cette vie sans la questionner
Il faut admettre que l’illusion est réussie
Qui fait croire aux esclaves qu’ils sont en liberté

Pauvres enfultes enfermés sur l’île des plaisirs
Vous voilà depuis longtemps transformés en ânes
Manipulés par vos pulsions et vos désirs
On convoite à présent vos corps et vos organes

Pour cela inutile de vous forcer la main
Il suffit d’inventer une menace invisible
En désignant l’ennemie du jour au lendemain
Ainsi l’on catalyse vos angoisses indicibles

Atteints soudainement d’une maladie mentale
Arborant fièrement le bâillon de la honte
Paré pour la pénétration chimique létale
De vos morts je vous laisserai faire le décompte

Soumis désormais aux injonctions rituelles
Vous appliquez aveugles les règles les plus folles
Embrassant votre destinée sacrificielle
Acceptant par la même la torture à l’école

Qu’importe pourvu que l’on fasse bonne figure
Monstration outrancière de vos vertus factices
Avec évidemment l’intention la plus pure
Des pires ignominies vous voilà les complices

Obéir à chaque ordre ou bien être punis
Ne pas analyser ne pas vouloir choisir
Insupportable affront aux sens et à l’esprit
Tâchons de nous aimer plutôt que de nous nuire

Car ce n’est pas la fin de cette supercherie
De vos forces vitales il reste encore à prendre
Elevés en plein air vous serez en batterie
La suite du programme risque de vous surprendre

Ayant créé leur dieu ils veulent son avènement
Une machine qui calcule et qui ordonne
Qui par invasion algorithmique du vivant
Décide à votre place tout en étant personne

On vous a introduits de minuscules espions
Vos moindres faits et gestes seront dès lors tracés
Ayant pris le contrôle de ce que vous pensez
Tout ce que vous avez ils se l’approprieront

Qui sont ces magiciens derrière le rideau ?
Depuis la nuit des temps maîtres des illusions
Promettant la prise en charge de votre fardeau
Ils sont le résultat de votre démission

Ils n’ont que le pouvoir que vous leur accordez
Je ne sais si un jour vous briserez vos chaînes
Aurez-vous le courage de vivre en liberté ?
Vouloir vous raisonner c’est gaspiller sa peine

Je ne peux pas ici vous donner de leçon
Je doute du réveil de votre humanité
Préférant simplement transcrire ma narration
Savourant le plaisir de faire cet exposé

Puisqu’il faut bien l’admettre il n y a que le verbe
J’ai trouvé pour ma part mon émancipation
Il pousse au fond de moi un écrivain en herbe
Il me montre la voie, il est mon intuition

Avec lui nous partons en chevauchée sauvage
A travers les grandes steppes pour toucher l’horizon
Découvrir la beauté de tous ces paysages
Quand on cherche la vérité avec passion

Prisant l’incertitude de cette quête sans fin
Comprenant que ce qui importe c’est le chemin
Je m’efforcerai jusqu’à la dernière seconde
Sur mon navire de repousser les bords du monde

SachaLex